Psychologie clinique

Thérapies brèves

Les Thérapies brèves sont orientées vers et guidées par les solutions. Le travail thérapeutique consiste à trouver les moyens de créer les changements souhaités.

La durée d'une thérapie n'excède pas un an, elle peut aller de quelques séances (3 à 4 séances) à quelques mois.

Outils

  • Relaxation
  • Hypnose Ericksonienne
  • EMDR

Hypnose Ericksonienne, Milton Erickson (1901-1980)

L’hypnose n’est pas un phénomène paranormal mais un état modifié de conscience fondé sur le principe de la dissociation entre la partie consciente et la partie inconsciente de notre psychisme. Elle permet d'être à la fois en éveil et d'être ailleurs dans le temps et dans l'espace.

L'hypnose nécessite une réelle implication du patient dans sa volonté de changement. Elle peut être utilisée comme une alternative dans la prise en charge de nombreuses situations plus ou moins pathologiques : dépression, névroses post-traumatiques, TOC, insomnies, troubles phobiques, troubles sexuels, troubles alimentaires, dépendances (tabac, alcool, drogues...), affections dermatologiques, énurésie de l’enfant, frayeurs nocturnes, difficultés scolaires, dysfonctionnements familiaux…

EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing, Francine Shapiro, 1987)

Un choc traumatique peut entraîner une incapacité du cerveau à traiter ou « digérer » les informations correctement provoquant des perturbations émotionnelles et/ou comportementale (irritabilité, angoisse, cauchemars, tendance à l’isolement, état dépressif, comportement agité voire violent, douleurs physiques, somatisations, régression chez l’enfant, dépression, addictions, troubles du comportement alimentaire, attaques de panique, phobies,…).

La technique d'EMDR permet un déblocage des mécanismes de traitement de l’information et donc le traitement du traumatisme (même de nombreuses années après !).

Elle s'adresse aux personnes de tout âge suite à des violences physiques et psychologiques, des abus sexuels, des accidents graves, des décès, des maladies graves, des incendies, des catastrophes naturelles, des situations de guerre et attentats, des événements de vie difficiles passant inaperçus (enfance perturbée, séparations, fausses couches et IVG, deuils, difficultés professionnelles,...).

Le principe est d'identifier le ou les souvenirs traumatiques à l’origine des perturbations émotionnelles et/ou comportementales et de

se concentrer sur l’évènement perturbant associé aux souvenirs sensoriels (image, son, odeur, sensation physique) puis aux pensées et ressentis actuels.

Par mouvements oculaires ou stimulations tactiles ou bien par bips sonores, on réalise des séries de stimulations du côté gauche puis droit du cerveau jusqu’à ce que le souvenir de l’évènement ne soit plus source de perturbations mais soit associé à des ressentis calmes, des pensées positives et constructives.